Apple : la pomme de la tentation

Ça fait un petit temps que la nouvelle est tombée, mais elle est réapparue dans mon flux d'information récemment : Apple est une religion. C'est prouvé, quand les fan-boys voient un produit Apple, ce sont les zones « religieuses » de leur cortex qui s'activent.

Apple religionOn savait déjà qu'il ne fallait pas essayer de les raisonner. De toute façon, leur iBidule est meilleur. Il y a des contraintes techniques ? On s'en fout. L'important est, bien sûr, la beauté de l'objet que tu ne peux pas comprendre si tu n’as pas acheté Apple.

Du coup, je ne résiste pas au plaisir de faire un vrai parallèle avec les religions. Et de mettre en garde.

La comparaison

Car oui, il me semble que c'est bien comparable.

Une religion sert, en principe, à rendre les gens meilleurs et les aide à se situer par rapport aux questions existentielles.
Une entreprise d'électronique sert, en principe, à offrir aux gens les produits pour répondre à leurs besoins.

On peut choisir sa religion...
On peut choisir son fournisseur d'électronique...

...mais on opte généralement pour une religion par sa culture.
...mais on débute généralement avec un Mac ou PC parce que c'est ce qu'utilise l’entourage.

On peut changer aussi, quitte à s'attirer les foudres des intégristes.

On peut se passer de religion et se développer soi-même.
On peut monter soi-même son ordinateur.

On peut se forger sa propre religion.
Et tourner sous Linux.

Apple Store -- CC by kwramm

Comme les religions ont leur lieux de cultes, Apple a ses Apple Stores

L'évêque de Buckingham fait d'ailleurs remarquer que les Apple Stores sont conçus, dans leur architecture, avec des références évidentes à l'église : sol en pierre, abondance d'arches, des petits autels sur lesquels sont placés sur les produits, etc. Chose que ne reniait pas le « messie » Steve Jobs.

Une religion peut-être utile...

On ne me fera pas dire le contraire, je pense qu'une religion peut apporter beaucoup de bonnes choses. Le pardon ou la compassion, message central des religions, sont une nécessité pour nos sociétés.

iBelieveDe la même manière, Apple, il faut le reconnaître, est un champion industriel pour faire des produits beaux et de qualité. Si l’innovation ne se trouve pas au niveau technologique, ils ont fait très fort en design, en interface utilisateur et en packaging. Ils n’ont donc pas inventé la tablette, le smartphone, ni le baladeur MP3, mais c'est eux qui ont rendu leur usage populaire. Ils ont modifié nos habitudes.

On ne peut pas leur enlever ça. Cela a amené une saine concurrence qui fait que d'autres ont suivi et proposé d'autres choses.

...mais aussi une religion nuisible

Malheureusement, beaucoup de religions (toutes ?) amènent de graves problèmes. Les croisades, les sacrifices, les interdits insensés, la morale sexuelle ou le Jihad sont des aberrations. Le nombre de gens qui ferment leurs esprits et qui sont intolérants à cause de la religion est incroyable. Le pouvoir — souvent énorme — donné aux représentants d'une religion est toujours dangereux.

Ça vous rapelle Apple ? Normal.

Jobs = Moses

Les plus technophiles d'entre vous le savent déjà, mais Apple a désormais un brevet qui permet, à distance, de verrouiller, éteindre ou couper les communications de votre appareil mobile. Purement et simplement.

  • Vous êtes au cinéma ? Plus besoin de couper votre téléphone, le gestionnaire du cinéma s'en charge. Dormez, chers croyants, on s'occupe de tout.
  • Vous avez jailbraké votre iPhone (c'est-à-dire « fait ce que vous avez envie avec ce que vous acheté bien cher ») ? Vous aurez un iPhone verrouillé inutilisable. Vous avez péché par le blasphème, vous êtes punis !
  • Vous êtes dans une manifestation contre le pouvoir ? La police aura tôt fait de brouiller toutes les communications qui vous permettent de témoigner — ou parfois de survivre. Le pouvoir d'Apple est détourné et mis au service du pouvoir politique comme autrefois celui de l'Église.

On ne parle pas ici de science-fiction ou de procès d’intention. Apple, dans son brevet, a nommément cité cette fonction de blackout total dont la police ou les services secrets peuvent avoir besoin. Big Brother ou la sainte Inquisition, ce n’est finalement pas très différent.

Ceci sans parler des autres problèmes, tels que :

  • Apple enferme ses utilisateurs dans un écosystème de produits, de logiciels et de protocoles fermés de manière à ce qu'ils n'aillent pas voir ailleurs — beaucoup de codes et de traditions pour habituer le croyant à son système et rien que son système ;
  • Apple met en œuvre de l'obsolescence programmée, ou l'impossibilité de réparer votre appareil pour que vous en achetiez un autre — la confession est une nécessité récurrente, sinon, on finit en enfer ;
  • Apple est juge autoproclamé de la morale publique en filtrant toutes les applications qui ne lui plaisent pas alors que la pornographie (et d’autres sujets sensibles ?) n'est pas criminelle — comme si la religion parlait de sexe, allons donc ;
  • Apple peut supprimer, à distance, sur votre téléphone, tout le contenu qui ne lui plait pas — comme un petit relent d'index ou d'inquisition... ;
  • Enfin, Apple, comme les autres religions géants de l'életronique, ne supporte pas la concurrencec'est à coup de brevets que la pomme mène ses croisades.

La liberté

Comme pour une religion, quand il s'agit d'Apple ou d'un autre acteur (Google, Mobistar, …), il ne faut sans doute pas les éliminer et les combattre aveuglément, et surtout pas religieusement. L’essentiel — et c’est mon objectif — est bien de les forcer à rester dans ce périmètre où la liberté est assurée. Aussi bien celle du croyant/consommateur que celle de son voisin.

Finalement l'essentiel, c'est la liberté. Être croyant libre penseur et tolérant 1. Être technophile open source et libre (au sens du logiciel libre).

Imaginez si les religions se contentaient de parler d'un message d'Amour... et si Apple se contentait de faire de bons produits... Il ferait bon vivre sur terre 🙂 D'ici là, on a quand même du boulot.


Photo de l'Apple Store -- CC by kwramm on Flickr

 

Notes:

  1. Oui, ça existe. L'auteur de ces lignes prétend en être un. Et il en connaît plein d'autres.