Le phare des pirates (La pensée pirate - partie 3)

Cet article fait partie d’un ensemble de quatre articles traitant de la pensée pirate. Cet ensemble ne se veut pas exhaustif, mais plutôt structurant. L’article principal est « Pirate : Qui, quoi, comment ? » et redirige vers des articles traitant du « qui ? », du « comment ? » et du « vers quoi ? » (cet article-ci) du parti pirate.

Note préliminaire : due aux contraintes des dates liées à l'Assemblée Générale du Parti Pirate, je suis contraint de publier cet article maintenant. Il n'est pas prêt et j'aurais souhaité y travailler un peu plus. Tant pis. Tenez-en compte...

CC by dalbera on http://www.flickr.com/photos/dalbera/5744428596/in/photostream/

Le phare qui permet de maintenir le cap

Cet article-ci vous présente le phare, la destination de l’embarcation pirate. Vers où navigent-ils ?

De manière très simple, on pourrait dire que le but du mouvement pirate est de faire en sorte que la société dans laquelle nous vivons soit à même de respecter les valeurs pirates. Ce serait un peu trop facile. Allons plus loin dans le concret.

Nos objectifs

Contrairement aux autres partis dont l'ojectif est d'être élu, pour avoir le pouvoir et imposer/proposer leurs idéologies, celui des Pirates me semble fondamentalement différent : changer la politique, de manière à obtenir une société démocratique idéale en phase avec son temps. Pour moi, cela correspond à la notion de l’empowerment 1 du citoyen, c’est-à-dire qu’il n’est plus déconnecté de la décision politique car il reprend possession de la force que la démocratie lui donne. Cette idée est au coeur du gouvernail pirate de Rick Falkvinge. Cet empowerment n’est possible, selon Rick, qu’au travers d’une société...

  • où la liberté de chaque individu est assurée et donc sa vie privée respectée (conditions sine qua non) ;
  • où chaque individu reçoit les mêmes droits et les mêmes devoirs, peu importe sa naissance ;
  • où chacun est libre de s'exprimer, d’entreprendre, de proposer et de partager ;
  • où la connaissance, les outils, la culture et les idées peuvent être échangées sans contraintes ;
  • où chacun a le droit de participer à la vie politique, de proposer des idées et peut tenir les hommes politiques responsables de ce qu’ils font.

Comme il y a une certaine cohérence chez les pirates, ces points se rapprochent des balises des pirates. En effet, si  nous voulons aller vers une société ainsi décrite, il faut appliquer ces mêmes principes dans l'organisation du parti pirate. Comme souvent en politique, les objectifs se mélangent un peu avec les moyens — ou partagent en tout cas la même sémantique.

Nos revendications

Encore plus concrètement, que contient le programme politique des pirates ?

La question est difficile. En effet, si vous avez bien lu les articles précédents (le galion des pirates et les balises pirates) vous aurez compris que le mouvement pirate est grass-roots et qu'il veut reconnecter le citoyen avec la chose publique. Par conséquent, avoir un programme fixe, solide et exhaustif serait contradictoire, puisqu'il doit continuellement être remis en question par, et en phase avec les citoyens. Non pas des technocrates idéologues de partis.

Par conséquent, je proposerais ceci : l'idée première du programme est de s'assurer qu'il est construit avec le citoyen. Pas seulement le citoyen « Pirate », mais tous les citoyens. Ceci rejoint l'idée que l'élu n'est pas un représentant des citoyens, mais plutôt un lien entre les citoyens et la chose publique 2.

Néanmoins, certaines idées sont largement représentées au sein des pirates et méritent qu'on y consacre un peu de temps. Elles sont généralement acceptées comme idées pirates, mais elles sont toujours suceptibles d'être remises en question et d'évoluer. En voici quelques-unes 3:

  1. Protection de la vie privée : la liberté de chaque individu ne peut-être assurée que si l'état et les sociétés privées respectent sa vie privée. Voyez ici ou ici
  2. Réforme de la propriété intellectuelle (ou protectionnisme intellectuel) : les pirates refusent le protectionnisme intellectuel, refusent les brevet sur le vivant et sur le logiciel car contre-productif. Voyez ici, ici, ici ou ici.
  3. Fact-based politics et décision raisonnée 4 : Voyez ici ou ici.
  4. Rendre la culture libre et accessible : Voyez iciici et ici.
  5. Participation citoyenne et liberté d'expression : Voyez ici et ici.
  6. Transparence des institutions publiques : Voyez ici, ici, ici, ou ici.
  7. Législation de qualité : Voyez ici.

Beaucoup d'autres liens seraient sans doute très pertinents. N'hésitez pas à me les envoyer.

Pirate local ou global ?

Évidemment, il s'agit beaucoup de politiques qui ne sont applicables qu'à haut niveau (national, européen voire mondial). Et de fait, ces idées largement partagées le sont justement parce que c'est à un haut niveau. Savoir si un traité tel qu'ACTA est ou n'est pas en phase avec les valeurs pirates est relativement simple (le combattre est autre chose).

Est-ce à dire que les pirates n'ont pas de sens à un niveau communal ? Au contraire ! À un niveau plus proche du citoyen, les idées pirates seront fort différentes d'un contexte à l'autre, d'une commune à l'autre. Et c'est tant mieux. C'est là qu'il sera plus difficile — et donc d'autant plus important — de réfléchir, sur base objective, si une mesure politique a du sens pour les citoyens.

Conclusion rapide

Plutôt qu'un parti, le mouvement pirate est au moins autant un mouvement d'éducation qui vise à rendre aux citoyens la démocratie qui lui appartient en la faisant évoluer vers le XXIe siècle. Esprit critique, décision raisonnée et participation, le tout baigné dans des valeurs en phase avec notre temps et ses possibilités, sont finalement les ingrédients de la recette pirate.


Autre articles de la série : introductionle galion des piratesles balises des pirates


Photo CC by dalbera on Flickr

Notes:

  1. Cette notion est difficilement traduisible, mais wikipedia nous propose autonomisation ou capacitation
  2. Réflexion très importante : à partir du moment où il s'agit d'un lien (= outil) et non d'un représentant (avec une charge symbolique), cet outil doit pouvoir être remplacé si nécessaire, par autre chose. Voyez le logiciel de démocratie liquid liquidFeedack à ce sujet.
  3. Je ne mets qu'une ligne d'explication car il est illusoire de vouloir expliquer tout cela dans cet article. Les liens vous aideront à approfondir les sujets.
  4. Les faits ne sont pas toujours objectifs... ce concept va donc de paire avec l'esprit critique !

5 thoughts on “Le phare des pirates (La pensée pirate - partie 3)

  1. Pingback: La Belgique disparaît… et puis ? | Souquez les Artimuses !

  2. Pingback: Es-tu prêt à donner 0,75 EURO pour la démocratie ? | Souquez les Artimuses !

  3. Pingback: À l’abordage des élections ! | Souquez les Artimuses !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *