Je suis un mécréant qui affame les journalistes

Eh bien, oui, moi aussi je rentre dans la catégorie de ceux qui affament les journalistes. Je suis un mécréant du XXIe siècle qui considère que le tout-gratuit est un dû. Un sale profiteur de la génération Y. Tout doit m'être accessible. Sans payer. Je suis un affameur de journalistes et d'artistes. Je ne leur reverse pas un sou.

Ouep, figurez-vous que j'ai trouvé une combine pour ne pas payer le contenu de certains journaux (normalement accessible grâce à un accès payant). J'ai accès à la totalité de l'information, gratuitement ! En fait, il s'agit d'une combine avec mon voisin, très sympa. Lui, il a un abonnement payant (premium). Mais j'ai trouvé un moyen d'en profiter aussi depuis chez moi. Et ce n'est techniquement pas compliqué.

Comment ? C'est simple : chaque semaine, il me file son hebdomadaire dans ma boîte aux lettres après l'avoir lu.

Quoi ? Ce n'est pas interdit !? Je n'affame personne en faisant ça !? Je croyais que le partage d'information était interdit... Ah bon, seulement sur Internet ? Tiens, pourquoi cette différence ? Le résultat est pourtant le même, non ?

CC by NS NewsFlash on Flickr (http://www.flickr.com/photos/62693815@N03/6277337422)

L'information et le contenu

Sérieusement, ça vaut la peine de réfléchir : que vendent les médias ? De l'information ou du papier ?

Et au passage, ce n'est pas vrai que je ne donne jamais rien. Je donne aux créateurs (et aussi à d'autres) que j'aime bien via Flattr (qu'es aquo ?) ; je suis Patr(e)on de deux artistes (qu'es aquo ?) ; je soutiens des amis sur Kisskissbankbank. Si les journaux pouvaient utiliser ces services, je me ferais un plaisir de leur payer un petit quelque chose.

Ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières...


Photo :