La mobilité à Bruxelles : repensons la jonction Nord-Midi

Thalys et ICE à Bruxelles-Midi

Thalys et ICE à Bruxelles-Midi

J'ai eu le plaisir d'assister hier à la 8e édition des ResearchTalks dont le sujet était "Les véhicules et la mobilité du futur". Comme d'habitude, intéressant, même si le panel d'experts était assez consensuel vis-à-vis d'un public acquis à la cause de la mobilité.

Une des invitées était Salima Abu Jeriban, qui a mené le projet Mobil2040 dont je vous ai déjà parlé. Ses interventions, combinées à celle de Laurent Ledoux (patron du SPF mobilité), m'ont fait imaginer une nouvelle utopie en rentrant chez moi.

"Et si nous arrêtions de faire passer tous nos trains par la jonction Nord-Midi ?"

La raison principale est simple : cette jonction fait passer quasiment tous les trains de la SNCB de 21 voies (à Bruxelles-Midi) à 6 voies (à Bruxelles-Central) pour repasser à 12 voies (à Bruxelles-Nord). Vous imaginez la congestion ? Et les risques de retards cumulés s'il y a un incident ?

Alors pourquoi ne pas imaginer une autre solution ?

En rapide : on arrête de faire passer tous les trains par cette jonction. On instaure un système de trains léger (B-Link) qui fait des allers-retours rapides entre Nord et Midi et la place gagnée permet de changer cette jonction en une promenade accessible aux vélos et piétons. En outre, un système de tapis roulant (P-Link) permet de garder des moyens de transport vers les gares de Congrès et Chapelle.

Et maintenant, plus en détail.

On arrête de faire passer tous les trains par cette jonction

Dorénavant, les trains provenant de l'extérieur de Bruxelles s'arrêtent à Bruxelles-Nord et à Bruxelles-Midi. Seuls sont autorisés les trains internationaux tels que Thalys, Eurostar, ICE DB ainsi que les trains vers l'aéroport de Bruxelles-National. Ces trains ont droit à deux voies dans la jonction et ne s'arrêtent pas à Bruxelles-Central.

Idéalement, cela signifie aussi qu'il faut améliorer la connexion des certaines lignes vers ces deux gares principales. Exemples :

  • Permettre aux trains de la ligne 161 (vers Ottignies et Namur) de rejoindre directement Bruxelles Midi,
    • soit en passant par les lignes 26 (Boondael-Callevoet) et 124 (Callevoet-Midi) — il faut alors aménager des nouvelles jonctions entre ces lignes qui se croisent ;
    • soit en créant un nouveau tunnel ferroviaire entre la gare d'Etterbeek et Midi — et ça, c'est pas gagné.
  • Renforcer les possibilités pour les gantois d'arriver à Nord
    • en ayant plus de trains qui font Gent-Dendermonde-Nord ; ou
    • en permettant aux trains venant de Gent de monter sur la ligne 50 (Essene-Lombeek puis Jette et Nord) sans passer par Denderleeuw.

On crée une liaison Nord-Midi en train léger

Ces trains légers (une rame de trois voitures, type Desiro par exemple) font des allers-retours rapides entre Nord et Midi à une cadence d'un train toutes les 2 min 30 sec. Ils circulent sur deux voies et arrivent sur quatre quais à Midi et à Nord. Nom de cette liaison : B-Link (Brussels Link).

À Midi et à Nord, des indications claires sont disponibles afin que les transferts se fassent aisément. On peut même parler en secondes pour que les navetteurs sachent vers où se diriger rapidement : "liaison vers Bruxelles-Central et Bruxelles-Nord dans 45 secondes, voie A ; dans 195 secondes voie B ; dans 345 secondes, voie C ; dans 495 secondes voie D".

À Central, c'est encore plus simple : "direction Sud, voie A ; direction Nord et aéroport, voie B. Maximum 150 secondes d'attente."

yoursign

Vu la place laissée par l'enlèvement des systèmes d'aiguillages (devenus inutiles) en gares de Midi (côté Nord) et Nord (côté Sud), on peut penser réaménager cette surface en quai de départ pour ce système de train léger. Ceci évite d'utiliser des quais dans les gares (nécessaires désormais comme terminus) et permet au flux des navetteurs d'être plus facilement géré : si on arrive de Charleroi en voie 21, on n'est pas obligé de se taper la voie 3 parce que c'est le quai B-Link ; il suffit d'aller en bout de quai pour rejoindre le départ vers le Nord.

Note : avec les deux voies pour les trains internationaux et deux voies pour le B-Link, cela fait quatre voies sur lesquelles tous les trains peuvent rouler, ce qui pourrait suffire en cas de problème technique.

Les gares de Bruxelles-Congrès et Chapelle ne sont plus desservies qu'en tapis roulant

Les trains ne s'arrêtent plus dans ces gares. Par contre, on les garde et on les réaménage. Et, pour garder une liaison avec les gares "qui ont des trains", l'idée est de mettre en place un système de tapis roulant, comme dans les aéroports, afin d'aider les gens à atteindre facilement ces points de sortie depuis Bruxelles Central, Midi ou Nord. Ce système est appelé P-Link (Pedestrian Link) et il favorise les modes de déplacements doux car autour de ce P-Link, la place est aménagée pour des trottoirs ainsi que des pistes cyclables, laissant au navetteur le choix de son mode de déplacement.

Ce système de P-Link propose aussi des "gares" où l'on peut descendre du tapis roulant, à intervalles réguliers. Combiné à des stations Villo et à des arrêts STIB, ces arrêts P-Link constituent une nouvelle possibilité de maillage dans le réseau de transport en commun.

Sous terre, ce P-Link ressemble à ce qu'on trouve dans les aéroports, mais en plus vivant. Lorsque la jonction est en plein air, le P-Link est abrité par un toit en verre, très moderne, qui est assez grand pour permettre aux piétons et cyclistes (qui ne sont pas sur le tapis roulant) de choisir s'ils se déplacent couverts ou pas.

Aussi bien sous terre que sous le ciel, cela crée des endroits agréables à vivre, et où il est possible de boire son café, manger un morceau, écouter de la musique. Imaginez-vous au-dessus du Boulevard du Midi ou square des Ursulines, sur un banc au soleil entouré de vélo et de piéton, pour manger votre repas servi par un food truck (comme celui-ci ou celui-là)... Sympa, non ?

Les arrêts P-Link principaux sont les suivants : Gare du midi ; Boulevard du midi (ouest) ; Boulevard du midi (est) ; Rue Sallaert ; Rue de la Fontaine ; Rue terre-Neuve ; Rue du Poinçon ; Square des Ursulines ; Rue des Alexiens ; Rue de l’escalier ; Rue de l’hôpital ; Mont des Arts ; Bruxelles-Central ; Rue de Loxum ; Parvis Ste Gudule ; Rue des Comédiens ; Rue des Sables ; Meiboom ; Congrès ; Bd Botanique Nord ; Bd Botanique Sud ; Rue gineste ; Rue Marie Popelin ; Gare du Nord.

Les arrêts du système P-Link

Les arrêts du système P-Link

Zoom sur les gares de Bruxelles-Midi et Nord

Voyez en image à quoi cela ressemblerait. Mais bon, je ne suis pas graphiste : il ne s'agit pas de beaux dessins illustratifs, mais plutôt de schémas de principe.

P-Link-MIDI P-Link-NORDBien sûr, des aménagements sont à faire car les trains internationaux doivent passer du côté Ouest de la gare du Midi à la partie Est de la gare du Nord (mais pas tous) et cela signifie beaucoup de difficultés. Mais quand on a aménagé le terminal grande vitesse à Bruxelles-Midi, on a même construit un viaduc pour faire passer les Thalys et Eurostar au-dessus de toutes les autres lignes, alors... On n'est pas à ça près.

Note : en faisant des recherches pour cet article, je suis tombé sur une autre proposition qui rejoint la mienne. Il s'agit d'un bureau d'architecte. Eux, ils ont des belles images, si vous voulez aller voir.


Photos:

Je vous hais - Lettre ouverte aux partis politiques

Cet article est une version hargneuse d'un message qui pourrait être beaucoup plus posé et constructif. Vous trouverez cette autre version dans cet article. Et n'hésitez pas à donner votre avis sur ces deux versions différentes sur cette page.

Masked protester holding Molotov Cocktails seen during clashes in Ukraine, Kyiv. Events of February 18, 2014. -- CC-BY-SA-3.0 by Mstyslav Chernov, via Wikimedia Commons (http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Masked_protester_holding_Molotov_Cocktails_seen_during_clashes_in_Ukraine,_Kyiv._Events_of_February_18,_2014.jpg)Je ne crois pas aux partis. Je n'aime pas les partis. J'ai trop vu ce qu'ils apportent de mauvais dans notre société. J'ai trop souvent été témoin de leurs coups tordus, leurs bassesses. Si je me lâchais, je pourrai rabaisser une multitude de belles insultes, bien vulgaires et méchantes, au rang de simple épithète pour partis politiques. Ce que nous utilisons comme vocabulaire pour faire mal, pour injurier, pour traîner nos ennemis dans la boue, les partis belges s'en drapent, du haut de leur pouvoir, comme si de rien n'était : « On dit que je suis électoraliste ? Népotiste ? Corrompu ? Populiste ? M'en fous, car je suis au pouvoir. J'ai le pouvoir »

D'où vient cette haine que j'ai pour ces structures pourries que sont les partis ? Je ne suis qu'un simple citoyen qui lit la presse, certes avec un œil critique, mais quand même... Je crois que mon problème est que je suis idéaliste. J'aspire à un monde meilleur. J'espère « laisser le monde un peu meilleur que quand je l'ai reçu 1 ». Et un idéaliste, c'est visiblement ce qui est le plus éloigné des organisations politiques et de leurs calculs électoraux.

Mais qu'est-ce que cette chose ignoble qu'est un parti politique ?

Normalement, un parti, c'est un ensemble de gens qui partagent des idées et qui souhaitent les mettre en œuvre en étant élus. Aujourd'hui en Belgique, un parti est une structure forte et hyper hiérarchique dont le but est d'obtenir plus de pouvoir de manière à assurer son avenir. Le parti vit pour lui-même, par lui-même. Par la confiscation du pouvoir, il veille à sa propre survie. Les idées avancées ne sont plus qu'une couverture pour faire croire aux derniers des crédules que le parti se bat pour leur bien. Les partis sont, dit-on, institutionnalisés.

En fait, la Belgique est surtout devenue une particratie. Voilà, le vilain mot est lâché. Oui, je pense qu'on vit en particratie. Oui, je trouve cela dramatique. Et c'est pour cela que je hais les partis politiques. Et qu'on ne vienne m'accuser de populisme. Non, ce n'est pas populiste de dire cela, figurez-vous. Même les politologues et hommes politiques le disent. M. Francis Delpérée, sénateur : « Les formations politiques s'approprient volontiers une part des prérogatives citoyennes [...] c'est la particratie 2. » Ou encore M. Jean Faniel, directeur du bien connu CRISP : « la Belgique demeure[...] une particratie, au détriment des parlementaires 3. » Le drame, c'est que ça n'émeut personne ! Comment peut-on dire cela et que ça ne provoque pas un tollé ? Et quand moi je le dis, je serais populiste ? Bande d'aveugles ! Se rend-on seulement compte de ce que cela signifie ?

Vision pessimiste, cruelle et populiste ? Je ne pense pas. Car ce que je dis dans cet article avec dégoût et colère, se retrouve aussi dans n'importe quel journal. Je sais, j'en lis chaque semaine. Et quasiment à chaque fois, je lis des révélations choquantes, grosses comme des maisons, qui prouvent que les partis sont des choses nuisibles pour la société. Et chaque semaine, les journalistes en parlent comme de la chose la plus normale. Moi, ça me désespère. Alors je vous contacte un petit florilège des raisons pour lesquelles je hais les partis.

Avec un peu de recul et de réflexion, il devient évident que le comportement des partis est inadmissible. Non, ce qu'on lit dans les journaux n'est pas normal.

1. Le but d'un parti n'est pas de représenter le peuple ou de promouvoir des idées, mais de gagner une élection.

Si à l'origine, le parti servait à faire avancer des idées, en groupant ensemble des gens qui souhaitaient la même chose, force est de constater qu'aujourd'hui, les idées ainsi que la volonté de représenter le peuple n'est plus à l'ordre du jour. On peut lire le politologue Nicolas Braygaert 4 : « La particratie, telle que nous l'expérimentons neutralise de facto tout leadership susceptible d'imprimer un cap politique ambitieux ». Quant à moi, deux points me font dire que les partis ne travaillent plus sur leurs idées, mais seulement sur leur image.

Tout d'abord, l'affligeante vacuité des slogans électoraux et des messages politiques. Ils sont en effet construits dans un but publicitaire, pour capter de l'audimat. Ce qu'il y a derrière importe finalement très peu. Résultat : c'est à peu près tous les mêmes messages... légèrement orienté pour bien coller à l'image qu'on veut donner pour séduire. « Plus d'emploi, moins d'impôts, plus de solidarité, moins d'insécurité » ; « Je suis pour les centres sportifs. » ; « Je suis pour que les jeunes ait un emploi à 20 ans. » ; « Je suis pour qu'on vive tous heureux. » Je ne sais pas si je dois les traiter de bisounours ou d'enfoirés.

Les messages politiques actuels sont d'une profondeur inouïe.

Les messages politiques actuels sont d'une profondeur inouïe. Ça vaut une publicité pour Cap'tain Igloo.

Ensuite, vous remarquerez que les idées politiques n'ont plus leur place pendant les élections. Vous ne nierez pas qu'aujourd'hui, on parle plus de stratégies électorales, d'offensive médiatique, d'image et de storytelling que d'idées. Même les journalistes ne s'arrêtent plus que rarement aux idées développées par un parti, ou par un candidat (et certainement pas au-delà du slogan). À un mois et demi des élections, ils parlent surtout des jeux de stratégie et des rôles des présidents de partis (exemples ici et ici). Qui sera tête de liste ? Quelle machine à voix tirera/poussera la liste ? Quelle stratégie adopter ?  Quand lâcher des infos compromettantes pour les autres ? À quel moment faut-il lâcher telle information ? Et l'intérêt des citoyens, hein !? On en fait quoi, bandes de coprolithes politiciens !? Je sais que les slogans creux sont plus rentables pour vous que les débats de fond, mais c'est aussi votre rôle d'être pédagogique !

Le résultat d'une élection c'est ceci : le parti qui fait la meilleure campagne gagne le pouvoir. Alors que moi j'aimerais que ce soit : le candidat qui a les meilleures idées et qui est le plus efficace est élu représentant du peuple. La nuance est grande, très grande.

2. Le parti politique se fout de l'avis de l'électeur.

L'avis de l'électeur ? Rien à foutre. Le respect du résultat des urnes ? Et puis quoi encore !? L'homme politique est un pion au service de son parti et de son président. Un panneau publicitaire pour attirer le chaland. Rien de plus. Si le citoyen élit quelqu'un à une fonction, cela ne signifie absolument pas que cet élu siégera (exemple ici). Car, in fine, c'est la stratégie du parti qui importe !

Pour preuve, je vous soumets ici un tableau synoptique qui analyse les fonctions exercées par deux mandataires politiques bien connus — MM. Di Rupo et Demotte 5 — en fonction du résultat des élections.

Ce tableau présente différentes colonnes :
-a- les années
-b- les élections qui se sont tenues cette année-là
-c- le résultat des urnes
-d- les colonnes E, F, R, C, respectivement pour les niveaux Européen, Fédéral, Régional et Communal.
-e- les fonctions exercées.
___
Les colonnes E, F, R et C indiquent :
(1) en couleur vive, les années où le candidat a exercé une fonction à ce niveau, après avoir été élu
(2) en couleur pastel, les années où le candidat n'a pas exercé de fonction à ce niveau, alors qu'il a été élu
(3) une croix pour les années où le candidat a exercé une fonction à ce niveau alors qu'il n'a pas été élu.
___
Les données de ces tableaux sont principalement issues de Wikipédia et des différents sites officiels qui donnent les résultats des élections en Belgique.

 

Tableau synoptique des élections et fonctions exercées par MM. Di Rupo et Demotte

Tableau synoptique des élections et fonctions exercées par MM. Di Rupo et Demotte

Ces tableaux sont riches en enseignements. Qu'y voit-on ? Tout d'abord qu'il n'y a aucune corrélation entre la colonne « élections » et la colonne « fonctions exercées ». Mais aussi que...

  1. Les deux élus se sont présentés à toutes les élections. Toutes. Et on voudrait nous faire croire que c'est parce qu'ils veulent vraiment participer activement à chaque niveau de pouvoir ?
  2. Pendant 11 ans, M. Demotte, élu bourgmestre de Flobecq, n'a pas pu siéger car il avait d'autres fonctions. Il a ensuite démissionné en 2011 pour déménager à Tournai où il se présente en 2012. Où il est à nouveau élu bourgmestre, mais toujours empêché. Donc, en trois mandatures communales, il n'a jamais été à même de prendre ses fonctions de bourgmestre ! Cela ne l'a pas empêché de se représenter à chaque fois. WTF ? Quel sens cela a-t-il ? Et le premier qui me parle d'un bourgmestre empêché qui exerce quand même son influence dans la commune et qu'il siège au conseil communal est en train de souligner très fort à quel point les hommes politiques se foutent comme d'une guigne de la loi sur le cumul des mandat.
  3. En 1999, 2005 et 2006, M. Di Rupo a été ministre-président wallon. Alors qu'il n'avait jamais été élu sur une liste régionale. Comment est-ce possible ? Ah oui... comme le disent si bien les journalistes, le PS « avait la main » car il avait gagné les élections. C'est donc le président qui décide de tout... (Et tout le monde trouve cela normal ?)
  4. Entre 1999 et 2013 (15 ans), M. Demotte aurait dû prester 44 ans de mandat. 30 n'ont pas été prestés et il a exercé pendant un an une fonction à laquelle il n'a jamais été élu.
  5. Sur 15 ans de mandat qu'il aurait dû exercer au niveau fédéral, M. Di Rupo en a presté 6. Sur 6 ans de mandat qu'il aurait du exercer au niveau régional, il en a presté 1 (et je n'en ai pas analysé le contenu).
  6. Les élections européennes se résument visiblement à un concours de celui qui a la plus grosse. On y présente des faiseurs de voix car la circonscription électorale est la plus grande et permet donc de faire un bon score. Ce n'est pas une raison pour penser qu'on lâcherait un poste de président de parti pour l'Europe (ce qui prouve une fois de plus le rôle et la puissance du président de parti).

Mais je n'ai pas tout dit ! Vous aussi, amusez-vous à repérer toutes les manigances que recèlent ces deux tableaux...

Conclusion ? L'électeur n'a rien à dire. Rien à foutre, de l'électeur. Les élections sont réduites à une mesure d'audimat pour des structures avides de pouvoir. À la fin, il n'y a que le parti qui décide et fait voyager ses pions au gré de la stratégie. D'ailleurs, d'après le CRISP, « Aucun mécanisme n´existe pour dissuader ou pénaliser cette pratique. [...] Ainsi, un ministre ou un parlementaire à un autre niveau de pouvoir peut se présenter comme candidat à une élection en vue de soutenir la liste tout en sachant qu´il ne siègera pas s´il est élu 6. » CQFD.

3. Les mandataires politiques ne sont plus élus du peuple, mais élus d'un parti.

Les partis ont le pouvoir, à tel point qu'il est aujourd'hui normal de considérer les élus comme « leurs » élus, au lieu des élus du peuple. D'ailleurs, ne présente-t-on pas toujours les élus comme membre d'un parti ? À nouveau, le vocabulaire utilisé dans les médias est frappant ; la sémantique ne fait pas tout, mais a quand même une valeur de symbole.

Le symbole, quant à lui, est dépassé — et de loin — quand il engendre des pratiques absurdes. L'une d'elles, peut-être la pire, est la notion de consigne de vote. N'y a-t-il vraiment que moi qui suis choqué par ce principe ? Parce que tout le monde en parle comme d'un fait tout-à-fait normal... C'en est même arrivé au point que, pour les dossiers les plus délicats, les parlementaires en viennent à espérer publiquement qu'ils pourront voter selon leur âme et conscience 7. Mais c'est un comble ! C'est votre boulot de faire ça tous les jours, pour tous les votes, nom de dieu !

À nouveau, je désespère : comment en est-on arrivé là ? Comment se fait-il que des gens partageant une même idéologie soient obligés de toujours voter de la même manière ? N'y a-t-il jamais de nuances dans une idée ? N'y a-t-il jamais de place pour la discussion ? En fait, la Vérité (avec un grand V) existe, et elle est définie par le parti. Triste constat.

5. Les parti s'accaparent le pouvoir, alors qu'ils n'ont aucune légitimité

Les partis ont le pouvoir. Le meilleur exemple reste encore le rôle donné aux (ou pris par les) présidents de partis. Qu'on soit bien clair : les présidents de partis sont des usurpateurs. Ils n'ont aucune légitimité démocratique. Au-cu-ne. Ils en ont peut-être une au sein de leur parti, uniquement. Et encore. Mais comment se fait-il qu'aujourd'hui ils jouent un rôle essentiel dans la politique belge ? Parce que oui, en pratique ils sont aujourd'hui les grands décideurs.

Un très bon exemple est l'abdication du roi Albert, à laquelle les présidents de parti étaient invités. On y a vu les représentants du pouvoir judiciaire, les ministres (normalement élus), les présidents de la Chambre et du Sénat. Mais les présidents de partis !? Franchement ? Pourquoi se sont-ils incrustés là ? Qu'est-ce qu'ils foutaient là ? Quel pouvoir représentent-ils ?

Autre exemple, dans un article sur le duo bruxellois Picqué-Moureaux 8, on apprend que « Moureaux établit le statut de la future région bruxelloise » (en 1989 avec Dehaene) et laisse à Picqué le soin de devenir ministre-président. Lui, « préfère la grande politique » (sic) et devient président de la fédération bruxelloise du PS. « Moureaux hérite du vrai pouvoir, des arbitrages, des luttes d'appareil, de la distribution des mandats et de la composition des listes » (re-sic). Est-ce que le journaliste s'est seulement rendu compte de ce qu'il a écrit ? Que la présidence d'une fédération régionale de 4000 membres a plus de pouvoir que le chef du gouvernement bruxellois (un million d'habitants) ? Il n'y a que moi que ça choque ? Il n'y a que moi qui trouve ça aberrant, débile et anti-démocratique ? Après, on viendra me dire que la particratie est une invention des petits partis pour râler sur les grands...

Dans un autre article 9, une politicienne envisage les scénarios si le fin de la Belgique devait se concrétiser en mai 2014. Et déclarer, tout naturellement que « les présidents de partis dissoudraient la Belgique pour recréer immédiatement une confédération d'états indépendants. » Et en quel honneur serait-ce les présidents de partis ? On est au point où on ne fait même plus semblant de prendre en compte la volonté des différents parlements belges, seules assemblées légitimes et démocratiques. Je vous le disais : sans aucune légitimité, les partis ont le pouvoir.

Comment en est-on arrivé à publier ça dans un journal et trouver ça normal ?

Conclusion

Je comptais encore écrire beaucoup de choses, mais cet article est déjà trop long. Je vous épargnerai donc le sujet des intercommunales qui servent à fournir des fonctions aux membres du parti, des administrations pourries par les jeux de nominations ou des société de droits publics où les partis choisissent les gagnants des adjudications publiques en fonction de leurs intérêts. C'est sans doute le sujet où il y a le plus à dire. Il faudrait plus qu'un article pour tout cela.

Mais vous l'aurez compris, je hais les partis politiques, ou au moins ce qu'ils sont devenus. D'aucuns pourront évidemment me reprocher de dire cela et de m'impliquer en même temps chez les Pirates, qui forment un parti... Mais non, je ne trouve pas cela incohérent, et ce, pour plusieurs raisons :

  1. Les Pirates sont, d'après moi, un mouvement citoyen, avant d'être un parti. Je l'explique en long et en large dans cet article. Cette différence marque une différence d'objectif.
  2. Vous noterez que, comme beaucoup de pirates, j'essaye d'utiliser le plus souvent possible le vocable « pirates » plutôt que « Parti Pirate ». Sémantique, à nouveau, mais qui recèle une vraie symbolique. Nous portons des valeurs et des idées, pas un parti.
  3. Comme tout nouveau parti, les pirates n'ont pas d'élus, pas de pouvoir. Nous ne sommes donc pas sujets à ces problèmes. Nous sommes encore beaucoup d'idéalistes, qui pensons plus au bien commun qu'au pouvoir personnel. Le jour où les pirates ont du succès et rentrent dans le jeu de la particratie, je serai le premier à partir. 🙂

Mon souhait avec cet article était multiple. Comme vous l'avez vu, je voulais d'abord laisser sortir tout cette rage qui m'anime quand je lis tout ce que ces crapules font tous les jours. Mais en fait, je voulais délivrer un autre message : oui, nous vivons en particratie. Cet article le démontre assez. Oui, c'est un fait et non, ce n'est pas populiste de le dire. Ce n'est pas juste « pour dire du mal des gens au pouvoir ». Non. C'est pour vous réveiller. Vous aussi, quand vous lirez votre prochain article politique, soyez conscients ! Ce n'est pas parce que c'est écrit en dixième page d'un hebdomadaire quelconque, sans effets de manche, que ce n'est pas scandaleux ! J'ai l'impression que les journalistes se trompent souvent de scandale à mettre en première page...

Note : Je voulais lâcher ma haine des partis, mais n'oubliez pas de lire le côté plus constructif de ce même message en lisant cet article. Il ne s'adresse plus aux partis, mais aux élus. Et puis donnez votre avis sur l'article que vous préférez sur cette page.


Photo :

Notes:

  1. citation de Lord Baden Powell of Gilwell
  2. Le Vif n°46, 15 novembre 2013
  3. Voir ici
  4. Le Vif n°12, 21 mars 2014
  5. Oui, deux socialistes, mais ce sont de loin les plus faciles à trouver
  6. Pour la première fois, cependant, la règle dit qu'un candidate ne peut pas se présenter sur différentes listes en même temps. Mais à un an d'intervalle, pas de problème...
  7. Références : sur la libre ou sur le soir (voir la section MR)
  8. Le Vif n°12 du 21 mars 2014
  9. Le Vif du 26 juillet 2013

Soyez les élus du peuple - Lettre ouverte aux élus de ce pays

Cet article est une version posée et constructive d'un message qui pourrait être beaucoup plus hargneux. Vous trouverez cette autre version dans cet article. Et n'hésitez pas à donner votre avis sur ces deux versions différentes sur cette page.

Paul de Tarse / CC-BY-SA-3.0 by Peppe Guida, via Wikimedia Commons (http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Napoli._Chiesa_dei_Santi_Severino_e_Sossio._San_Paolo._041.jpg)

Chers élus de ce pays,
Chers représentants du peuple,
Chers représentants de la démocratie,

Je suis désolé, mais ces titres que je viens de vous donner sonnent un peu faux. Je n'ai pas l'impression de voir, dans les journaux (que je n'achète pas), les dignes représentants des citoyens.

Qu'êtes-vous, en tant qu'élu ?

Je souhaiterais, par cette lettre ouverte, vous exhorter à être ce que vous êtes censés être. D'après le CRISP 1, « l´élection est la principale manière de désigner les représentants de la population » et il précise : « L'électeur accorde sa voix ou son suffrage à un ou plusieurs candidats, voire à une liste de candidats ».

Il est donc bien clair que vous devez représenter les citoyens. Pas un parti. Les citoyens ont d'abord voté pour vous. Ou alors pour plusieurs candidats. Pas pour un parti. Même si cette liste est faite, décidée, entérinée par un parti — bien que ce ne soit pas obligatoire — cette liste reste avant tout une liste de candidats.

De plus, le mandat que vous recevez lorsque vous êtes élus est un mandat représentatif. Par opposition au mandat impératif, cela signifie que vous n'êtes pas obligés de faire ce que vos électeurs vous demandent. La constitution est claire là-dessus : « Art. 42 - Les membres des deux Chambres représentent la Nation, et non uniquement ceux qui les ont élus » et « Art. 58 - Aucun membre de l'une ou de l'autre Chambre ne peut être poursuivi ou recherché à l'occasion des opinions et votes émis par lui dans l'exercice de ses fonctions. » Si cela vous permet de mentir sans aucun scrupule en période électorale, le but est surtout de vous laisser libre de considérer l'intérêt général au lieu des intérêts particuliers une fois élu ; le but est de vous laisser votre conscience au moment de voter.

Évidemment, ça, c'est la théorie. C'est comme ça que c'est défini. Et j'aimerais tellement qu'on en revienne à ces fondamentaux. Parce que non, je ne crois pas que cela se passe comme ça en pratique.

Car, oui, n'avez-vous pas l'impression, parfois, de mentir ? Que dit votre conscience quand vous pensez A mais que votre parti vous dit de voter B 2 ? Comment peut-on accepter, et même envisager, un concept aussi absurde et anti-démocratique que celui de « consigne de parti » ? Et pourtant, c'est bien ce qui se passe tous les jours. Mais qui vous a élu ? Le parti ou les citoyens ? Et qui représentez-vous ? Le parti ou les citoyens ? Selon la constitution, la réponse est claire et nette. Et réalité, la réponse est l'inverse. Oui, c'est le parti qui vous a permis de vous présenter. C'est le parti qui vous fournit l'arsenal nécessaire pour remporter une victoire électorale. C'est le parti qui vous fournit les idées à défendre et les outils pour le faire. Alors, oui, vous pensez être redevable au parti.

Et si je vous proposais autre chose — soyons utopistes ! Une fois élu, prenez votre liberté. Renoncez à votre parti et faites ce pour quoi vous êtes élus : travaillez, en votre âme et conscience, pour les citoyens. Soyez un peu fier, que diable ! Vous êtes élu, vous ! Prenez la place qui vous revient. Vous n'avez pas à vous plier à une discipline de parti... Prenez-en conscience !

L'utopie d'un parti utile

Moi je ne suis pas contre les partis. Je suis contre ce qu'ils sont devenus. Imaginez un peu un monde où la notion de parti politique (tel que défini par Wikipedia) penche plutôt du côté idéologique que du côté institutionnel. Un parti serait un rassemblement de gens qui pensent, ensemble. Qui ont des projets. Et ceux-ci se nourrissent des idées des uns et des autres. Dans ce cas, le parti ne serait pas une organisation qui tente de gagner le pouvoir pour lui-même, mais un lieu d'échange et de création, de soutien au développement d'idées. Bref un monde où la particratie n'existe pas.

Ce serait beau. Impossible, mais beau. Oui, je sais bien que ça ne marcherait pas mieux que ce qu'on a aujourd'hui. Évidemment, il est nécessaire que le parti ait aussi, pour partie, le but de conquérir le pouvoir. Sinon, ses belles idées ne servent à rien. Mais la situation actuelle est tellement extrême du côté « conquête du pouvoir » que la seule manière de ramener le pendule plus au milieu est de parler de l'autre côté du balancier, le côté des belles idées.

Oui, Mesdames et Messieurs les élus, je vous demande de veiller à remettre les partis à leurs places et à reprendre la vôtre. Je voudrais vivre en démocratie, que vous devriez incarner, plutôt qu'en particratie.

Je compte sur vous ? Moi, de mon côté, je m'efforcerai de faire évoluer les esprits, avec ce blog et en étant chez les pirates.

@+

Nico,
Citoyen critico-constructif

Note : Je voulais être constructif avec vous, qui êtes une personne. Mais n'oubliez pas de voir le côté moins poli du message que je viens de vous donner en lisant cet article. Il reprend le fond de ma pensée, non pas sur vous, mais sur votre parti. Et puis donnez votre avis sur l'article que vous préférez sur cette page.


Photos :

Notes:

  1. Centre de Recherche et d'Information Socio-Politique - voyez l'excellent site, mais malheureusement incomplet, sur le vocabulaire politique.
  2. ...et ne venez pas dire que vous êtes toujours du même avis que votre parti... Si vous n'avez pas un zeste d'esprit critique, vous ne méritez pas d'être élu.

Deux articles pour un message

Cocktail Molotov pour un orateurCe que je lis dans les journaux, dans les articles politiques, me révolte. En les lisant, je bous souvent de rage. Et pourtant, je suis un type calme, posé. J'essaye toujours de m'exprimer sans trop d'émotions pour laisser place à la réflexion. Mais, putain, ça me dégoûte de lire tout ce qu'osent les partis, au mépris de la déontologie, au mépris des électeurs, au mépris de la démocratie... au mépris de tout ! Mais la plupart de temps, je me force à rester sans émotions, à énoncer des faits. Rester objectif pour ne pas déforcer les arguments.

Mais il y a des jours où je n'ai plus du tout envie d'être posé. Alors voilà, cette fois, j'ai fait deux articles pour le prix d'un.

Bref, deux versions d'un même message. N'étant ni rebelle ni mouton, mon but est de polir le message des premiers pour faire bouger les seconds. Alors si deux articles permettent de toucher deux fois plus de personnes parce qu'ils sont différents, pourquoi pas ?

Et dites-moi lequel vous avez préféré...
[polldaddy poll=7875313]


Photos :

L'utopie de Bruxelles Mobilité

Une très intéressante utopie est présentée ici par Bruxelles Mobilité. Elle présente ce que pourrait être Bruxelles en 2040, si les politiciens étaient un peu motivés. De belles images et de beaux projets. On y montre par exemple à quoi pourrait ressembler la gare d'Etterbeek en 2040. De quoi s'inspirer et réfléchir.

La gare d'Etterbeek en 2040

La gare d'Etterbeek en 2040 (rebaptisée en Bruxelles-Campus)

Évidemment, c'est une utopie. Le but n'est pas qu'on finisse tous sur un vélo avec les mollets surdimensionnés (surtout que le site ne le montre pas, mais Bruxelles est quand même bien vallonnée). Le but est bien d'inspirer, de libérer les esprits et de permettre de penser autrement. En tant que pirate, je ne peux qu'adhérer à ce principe.

Je voulais également épingler une des réflexions présentées dans les tranches de vie (que vous lirez ici). ZITA (inventée, je suppose) y parle de Bruxelles Métropole, une sorte de méga intercommunale de 60 communes pour gérer la mobilité convenablement et ensemble. Exactement ce que je proposais dans un de mes articles précédent (spécialement sur le paragraphe "Les routes et les infrastructures")... Les grands esprits se rencontrent. 🙂

À certains moments, cela rejoint aussi la vision des Google Car de Ploum (ici ou ici) à part que pour Bruxelles Mobilité, le train existe encore, plus que jamais dans un vrai plan de multi-modalité (auquel je crois plus que le tout-à-la-google-car).

Bref, pas mal de réflexions intéressantes que je voulais vous partager !

Note : Par contre, je me demande pourquoi ils ont mis le Prince Laurent sur un vélo au milieu de la rue Béliard (voyez la photo ci-dessous et cliquez pour agrandir). 🙂

La rue Béliard en 2040

La rue Bélliard en 2040


Utilisation des photos : conformément à ce qui est indiqué sur le site de Mobil2040, (L'utilisation des informations contenues sur ce site est autorisée et même encouragée [...]), j'ai utilisé les photos à titre d'illustration en mentionnant qu'elles proviennent de Bruxelles Mobilité. Bruxelles Mobilité se réserve cependant tous les droits de propriété intellectuelle de ces images.